Epices, plantes aromatiques et médicinales

500

litres d’huile essentielle de niaouli par an

4

distilleries de santal

250 à 300

producteurs de vanille

Cinq distilleries produisent de l’huile essentielle de niaouli, principalement écoulée localement auprès du grand public ou de quelques sociétés qui l’utilisent comme composant de leurs produits cosmétiques. La production d’huile essentielle de bois de santal, qui a débuté en 1995, est exportée sur les marchés rémunérateurs de la parfumerie et de la cosmétique.

La ressource fait l’objet de quotas de coupe et de reboisement. Introduite par les missionnaires au milieu du 19e siècle, la vanille Bourbon est cultivée sur la Grande Terre mais principalement dans les îles Loyauté où elle apporte à de nombreux foyers un revenu complémentaire.

La production (1,5 tonne par an – en progression) est commercialisée localement, les exportations restant ponctuelles. La baie rose, fruit du faux-poivrier qui pousse abondamment à l’état sauvage en Nouvelle-Calédonie, est commercialisée depuis 2009. Cette épice est utilisée en cuisine et en parfumerie par le biais des huiles essentielles.

Chiffres clés de la filière 2017

  • Production huile essentielle de niaouli: 765 kg
  • Importation huile essentielle de niaouli: 610 kg
  • Exportations huile essentielle de niaouli : 107 kg
  • Taux de couverture du marché local : 60 %
  • 16 millions de FCFP de chiffre d’affaires estimé

(Source : Agence Rurale – DAVAR)

LES INTERVENTIONS DE L’AGENCE RURALE :

# Soutien à la filière de production de niaouli

L’Agence Rurale va harmoniser et financer le dispositif de soutien à cette filière notamment à travers la main-d’œuvre et la récolte des feuilles de niaouli. Les modalités sont en train d’être définies.

Bouton retour en haut de la page
Fermer