Filière bovine

3 500

tonnes commercialisées chaque année

85 000

têtes de bétail

96 %

de la surface agricole utilisée

C’est James Paddon, un colon anglais, qui aurait introduit en Nouvelle-Calédonie les premières têtes de bétail de Nouvelle-Zélande et d’Australie, à la fin du 19e siècle. Dès lors, la tradition pastorale prend pied sur la côte Ouest qui bénéficie de conditions climatiques et géographiques adaptées à l’élevage bovin pour la production de viande.

Suite à l’introduction de la tique du bétail sur le territoire, les éleveurs ont dû adapter leur conduite d’élevage et ont introduit des races tropicales, reconnues pour leur résistance à la tique et leur adaptation aux conditions subtropicales. L’Upra bovine, créée en 1982, est une « association d’éleveurs au service des éleveurs » et œuvre pour la diffusion d’une génétique adaptée et de qualité sur l’ensemble du territoire.

Aujourd’hui au troisième rang de l’économie agricole, cet élevage tient une place importante en Nouvelle-Calédonie où le bétail est présent dans une exploitation sur quatre, les petits troupeaux étant largement majoritaires aux grandes stations d’élevage. Pratiqué exclusivement sur le mode extensif, il mise sur la qualité de sa production. Le cheptel calédonien, élevé à l’herbe, bénéfice en effet de qualités gustatives reconnues.

La production locale couvre environ 60 % des besoins. Mais l’augmentation régulière de la consommation de viande bovine et des baisses de production dues aux épisodes de sécheresse rendent les importations nécessaires pour satisfaire la demande du marché.

Environ 96 % de la surface agricole utile est destinée à la production bovine et la majorité du cheptel est concentrée sur la côte Ouest. De par ses faibles chargements à l’hectare, l’élevage bovin est de type extensif en Nouvelle-Calédonie.

Chiffres clés de la filière 2017 

Production locale (carcasses) : 2 955,4 tonnes (14 970 têtes)

  • 2393,1 tonnes abattues à l’OCEF (12 260 têtes)
  • 535 tonnes dans les boucheries de brousse (2587 têtes)
  • 27,3 tonnes en prestation de service (123 têtes)
  • Chiffre d’affaires : 1710 millions de F CFP

Production bovine importée (découpes de viande) :

  • 1786 tonnes
  • Valeur (Prix CAF) : 1 674 millions de FCFP

Taux de couverture moyen : 55 %

(Source : DAVAR)

LES INTERVENTIONS DE L’AGENCE RURALE :

# Promotion des produits de l’élevage bovin

L’Agence Rurale participera à des actions de communication sur la viande bovine afin de valoriser la production locale. L’aide est majoritairement mobilisée à travers une convention passée avec l’Interprofession Viande de Nouvelle-Calédonie (IVNC), dont l’une des missions est de promouvoir les viandes locales. L’Agence Rurale peut, par ailleurs, participer de manière ponctuelle à d’autres actions.

# Complément de prix sur les abattages bovins

Afin de soutenir la production bovine et le revenu des éleveurs, l’Agence Rurale prend le relais de l’ERPA pour verser un complément de prix aux producteurs. Ce complément s’applique par kilo de carcasse de viande bovine abattue dans des structures agréées.

# Aide au transport

L’Agence Rurale soutient le renouvellement des troupeaux calédoniens par une aide au transport des reproducteurs mâles et femelles. Elle met également en place des aides à la transformation (conserverie) et à la commercialisation des viandes locales (autres que conserves).

# Convention avec l’OCEF

L’Agence Rurale assure également la régulation de la filière bovine via une convention avec l’Office de commercialisation et d’entreposage frigorifique (OCEF) par le versement à l’OCEF d’aides sur les carcasses bovines abattues, les abats locaux, l’atelier de valorisation des sous-produits et l’unité de découpe.

Bouton retour en haut de la page
Fermer