CAFÉ

29

producteurs (25 dans le Nord, 4 dans le Sud)

5

tonnes produites et commercialisées par an

90 % 

de la production est issue de plants de Robusta

Introduite en 1856 par les frères Maristes, la culture du café a connu son apogée en 1939 avec 2 350 tonnes produites, dont la quasi-totalité était exportée. Confrontée à des aléas climatiques, sanitaires et surtout économiques, la production n’a cessé de décliner pour ne représenter plus que 2 % du café moulu consommé localement.

La côte Est regroupe l’essentiel des producteurs de robusta pratiquant une récolte manuelle sur de petites parcelles. En province Sud, la caféiculture est caractérisée par la culture du bourbon pointu. Cette variété d’arabica doit son nom à sa provenance, l’île de La Réunion, et à la forme allongée de ses grains. Aussi appelé café Leroy, cet arabica grand cru permet à la Nouvelle-Calédonie de se distinguer sur des niches de marché haut de gamme.

Confrontée à des aléas climatiques, sanitaires et surtout économiques, la production n’a cessé de décliner pour ne représenter plus que 2 % du café moulu consommé localement.

En 2017, la production locale a connu une légère progression pour atteindre 5,2 tonnes (3,6 tonnes en 2016) et représente moins de 1 % du marché global et 2 % du café moulu consommé en Nouvelle-Calédonie en 2017.

Chiffres clés de la filière 2017

  • Production équivalente au café vert : 4,5 tonnes
  • Importation équivalente au café vert : 1 300 tonnes
  • Taux de couverture du marché local (hors café soluble) : 2%
  • Exportations équivalentes au café vert : 800 kg
  • 4,7 millions de F CFP de chiffre d’affaires estimé

(Source : Agence Rurale)

LES INTERVENTIONS DE L’AGENCE RURALE :

Les interventions de l’Agence Rurale sont pour le moment en standby. Depuis plusieurs années, la Province Nord avait confié à l’ERPA la gestion d’un dispositif d’aide à la production selon des modalités qui sont définies par convention. L’intervention se faisait sous la forme d’aide à la production, à la qualité et à la transformation. L’ERPA intervenait également, sur financement de la Nouvelle-Calédonie, sur des actions de promotion à travers la prise en charge de l’organisation de concours sur les foires agricoles de Bourail et Koumac.

Pour 2019, en absence de directive, aucun crédit n’a été inscrit au budget pour ce dispositif. Cependant, un projet de délibération existe afin de pouvoir débloquer des crédits rapidement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer